Salle comble pour la linguistique des langues des signes!

La journée de réflexion sur les langues des signes qui a eu lieu le 16 décembre a fait salle comble ! Chercheurs, enseignants, interprètes et intervenants, Sourds et entendants, sont venu écouter les chercheurs et les étudiants de cycles supérieurs qui travaillent sur les langues des signes leur parler de différents aspects de la grammaire des langues des signes, de la frontière entre le geste et le signe linguistique, de traduction, et d’évaluation des compétences. Il s’agit du deuxième événement annuel issu de la collaboration entre le groupe de recherche sur la LSQ de l’UQAM et le laboratoire de LSFB de l’Université de Namur. À remettre l’an prochain ? À suivre sur la page FB du Groupe de recherche sur la LSQ : https://www.facebook.com/GroupeLSQ

Sonia Dubé, diplômée du bac en linguistique et enseignante à la polyvalente Lucien-Pagé, qui discute avec un des conférenciers sur à sa présentation.
Sibylle Fonzé, Agente de recherche au laboratoire de Langue des signes de Belgique francophone, présente sur l’enseignement bilingue français-LSFB à l’école Ste-Marie. Apparait aussi sur la photo Michèle Dion, interprète français-LSQ du SIVET et diplômée du Certificat en interprétation visuelle de l’UQAM.
Daz Saunders, étudiant au doctorat en linguistique de l’UQAM, présente sur la nature gestuelle et linguistique des comportements de la bouche en LSQ. Apparaissent aussi sur la photo, Nelly Plateau, interprété français-LSQ et étudiante de la Majeure en interprétation français-LSQ de l’UQAM, Michèle Dion, interprète français-LSQ du SIVET et diplômée du Certificat en interprétation visuelle de l’UQAM, Anne-Marie Parisot, directrice du Groupe de recherche sur la LSQ, et Mickey, la chienne de Daz.
Allyson Lepeut, étudiante au doctorat en langues et littératures françaises et romanes à l’Université de Namur, présente sur le rôle pragmatique des POINTÉ dans le discours de signeurs de la LSBF et de locuteur du français belge. Apparaissent aussi sur la photo, Nelly Plateau, interprété français-LSQ et étudiante de la Majeure en interprétation français-LSQ de l’UQAM, et Brigitte Giguère, interprète français-LSQ du SIVET et diplômée du Certificat en interprétation visuelle de l’UQAM.
Alice Heylens, étudiante de maîtrise en langues et littératures françaises et romanes à l’université de Namur, présente sur les défis de la traduction vers le français à partir de la LSFB.
La présentation de Laurence Meurant, chercheure FNRS associée à l’Université de Namur, sur la bimodalité des segments de reformulation pragmatique, tant en LSFB qu’en français. Apparaissent aussi sur la photo, Nelly Plateau, interprété français-LSQ et étudiante de la Majeure en interprétation français-LSQ de l’UQAM, et Line Gargano, interprète français-LSQ du SIVET.
Mahé Bernatchez, interprète du SIVET et diplômée du Certificat en interprétation français-LSQ, pose une question aux conférenciers.
Florence Lacombe, étudiante à la majeure en interprétation français-LSQ, présente, conjointement avec Anne-Marie Parisot, les travaux du Groupe de recherche sur la LSQ de l’UQAM et de Cynthia Benoit de et de SLCB sur le développement d’une batterie de test d’évaluation de la LSQ.
Laurence Gagnon, étudiante à la maîtrise en LSQ, présente une conférence sur les néologismes de l’astronomie en LSQ. Apparaissent aussi sur la photo, Nelly Plateau, interprété français-LSQ et étudiante de la Majeure en interprétation français-LSQ de l’UQAM, et Line Gargano, interprète français-LSQ du SIVET.
Sébastien Vandenitte, étudiant de doctorat en langues et littératures françaises et romanes à L’université de Namur, présente son projet sur la comparaison des structures de représentation corporelles en LSFB et en français.

Département de linguistique

Le Département de linguistique regroupe un corps professoral internationalement reconnu dont les domaines de spécialisation recouvrent les principaux champs de la linguistique.

Suivez-nous

Coordonnées

Pavillon J.-A. De Sève, DS-3405
320, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec)  H2X 1L7